skip to Main Content
Huile de noix de coco : bonne ou mauvaise ?

Huile de noix de coco : bonne ou mauvaise ?

Gras monoinsaturés, polyinsaturé, saturés… Avec la vague d’information (et de désinformation) qui a cours depuis les 20 dernières années, pas étonnant que seul le mot gras vous donne de l’urticaire. Surtout quand vient le temps de choisir une huile. Si vous lisez les Secrets de santé optimale régulièrement, vous savez qu’un bon apport en gras est aussi essentiel que la consommation quotidienne de légumes et de protéines. Il en va de votre santé cardiovasculaire, du bon fonctionnement de votre système nerveux et de votre équilibre hormonal.

Il vous faut maintenant choisir vos sources de « bons » gras (avocat, poisson, noix, huile d’olive, de lin, de chanvre). En voici une autre dont vous avez sûrement entendu parler, en bien ou en mal : l’huile de noix de coco. Levons le voile sur ses mystérieuses vertus.

À vos fourneaux

Comme l’huile de noix de coco est majoritairement composée d’acides gras saturés, elle reste stable (donc saine) lorsqu’elle est chauffée. Ce n’est pas le cas des huiles monoinsaturées qui, une fois chauffées, produisent des radicaux libres et une fumée toxique. (Note : L’huile d’olive extra-vierge est excellente pour la santé à température pièce, mais n’est pas faite pour la cuisson.)

Un aseptisant naturel

La moitié du contenu lipidique de l’huile de noix de coco est un acide gras rarement retrouvé dans d’autres aliments : l’acide laurique. Il s’agit d’un puissant antiviral aussi capable de détruire les bactéries à Gram négatif. La noix de coco serait l’aliment contenant le plus d’acide laurique sur Terre! Pas surprenant que certains l’utilisent comme rince-bouche pour combattre la mauvaise haleine (laissez-en fondre une cuillerée dans la bouche, gargarisez quelques minutes, puis recrachez).

Une huile santé faite d’acides gras saturés?

Pendant de nombreuses années, les spécialistes de la santé ont dénoncé la consommation de gras saturés puisqu’elle était accusée d’avoir un lien avec les maladies cardiovasculaires et l’obésité. Heureusement, la science évolue et de plus en plus d’indices semblent démontrer que les véritables coupables seraient les gras insaturés transformés artificiellement en gras saturés par un procédé d’hydrogénation (comme c’est le cas pour l’huile végétale hydrogénée)1,2,3. Malheureusement, la différence entre les gras « saturés artificiellement » et ceux saturés à l’état naturel est encore méconnue de la plupart des gens.

Notez toutefois que l’opinion des spécialistes est encore mitigée sur la consommation des gras saturés, vu les guides de pratique nutritionnelle qui perdurent. Ne soyez donc pas étonné de trouver en ligne des sources condamnant l’huile de noix de coco et d’autres en faisant les louanges. Vous serez d’accord que la modération et la variation, même pour les bonnes choses, ont bien meilleur goût.

Laissez de côté vos produits de beauté coûteux

En plus de ses bénéfices internes, l’huile de noix de coco de qualité peut aussi être un produit hydratant pour la peau très abordable. Vous n’avez qu’à l’appliquer directement sur votre peau et même vos cheveux après l’avoir fait fondre dans vos mains. Elle peut aussi être utilisée comme exfoliant pour éliminer la couche superficielle de cellules mortes. Mélangez à part égale de l’huile de noix de coco et du sucre de canne. Certains s’en font même un baume pour les lèvres, un masque hydratant pour les cheveux, un démaquillant et un savon hydratant pour le visage.

Du gros bon sens!

Soyez vigilants lors de son achat puisque certains grades de qualité sont à respecter : première pression, vierge, sans pesticides ni OGM et non raffinée (évitez celles qui sont vendues désodorisées). Encore une fois, comme c’est une huile stable, vous pourrez la conserver jusqu’à deux ans à température pièce. Elle ne rancira pas non plus à la lumière comme d’autres huiles.

Vous l’avez compris, l’huile de noix de coco a de nombreux bénéfices. Il ne faut par contre pas se leurrer quant aux campagnes marketing qui en font une huile aux mille vertus. Ce n’est pas parce que les peuples des îles du Pacifique Sud consomment la noix de coco depuis des siècles que le seul fait d’en manger vous donnera le même bilan de santé! Quand il s’agit de prendre soin de sa santé, il faut regarder le style de vie dans son ensemble.

  1. Mente et al. A systematic review of the evidence supporting a causal link between dietary factors and coronary heart disease. Arch Intern Med. 2009 (avril) 13;169(7):659-69.
  2. Chowdhury et al. Association of Dietary, Circulating, and Supplement Fatty Acids With Coronary Risk: A Systematic Review and Meta-analysis. Ann Intern Med. 2014; 160(6):398-406.
  3. Mozaffarian et al. Health effects of trans-fatty acids: experimental and observational evidence. Eur J Clin Nutr. 2009 May; 63 Suppl. 2:S5-21

 

 

 

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Back To Top