skip to Main Content

Entorse lombaire

Dans cet article, vous découvrirez ce qu’est l’entorse lombaire et quelles en sont les causes. Vous apprendrez aussi quels sont les symptômes associés à l’entorse lombaire et comment les soulager. Finalement, vous verrez quels sont les traitements offerts et ce que la chiropratique peut faire pour vous aider lorsque vous souffrez d’une entorse lombaire.

Entorse lombaire

Dans cet article, vous découvrirez ce qu’est l’entorse lombaire et quelles en sont les causes. Vous apprendrez aussi quels sont les symptômes associés à l’entorse lombaire et comment les soulager. Finalement, vous verrez quels sont les traitements offerts et ce que la chiropratique peut faire pour vous aider lorsque vous souffrez d’une entorse lombaire.

Souffrir d’une entorse lombaire

Dans cet article, vous apprendrez ce qu’est une entorse lombaire, quels en sont les symptômes, les causes, les facteurs de risque. Vous pourrez aussi connaître les façons de soulager l’entorse lombaire à la maison et les traitements disponibles.

L’expression « entorse lombaire » fait référence à plusieurs problèmes musculo-squelettiques affectant le bas du dos. On l’appelle aussi lombalgie (qui signifie douleur au bas de dos). Dans le jargon populaire, l’entorse lombaire se fait aussi appeler lombago ou tour de rein.

On parle d’entorse lombaire lorsqu’une ou des structures musculo-squelettiques sont affectées (muscle, articulation, ligament…), mais sans atteinte nerveuse. Il peut aussi bien s’agir d’un étirement musculaire ou d’une irritation articulaire que d’une déchirure ligamentaire. Une blessure à l’une ou l’autre de ces structures entraîne bien souvent de l’inflammation, puis de la douleur.

Symptômes de l'entorse lombaire

Les symptômes de l’entorse lombaire apparaissent généralement de façon soudaine à la suite d’un événement précis (mauvais mouvement, mauvaise position prolongée, effort trop important, etc.). La douleur associée à l’entorse lombaire est habituellement localisée dans le bas du dos ou le haut des fesses, mais atteint rarement la jambe. Elle est accompagnée de raideurs musculaires et d’une antalgie (incapacité à garder une posture normale en raison de la douleur et des spasmes musculaires). En cas d’entorse lombaire, certains mouvements peuvent être difficiles, voire impossibles, à réaliser parce que trop douloureux. Des spasmes musculaires accompagnent l’entorse lombaire, ils servent à stabiliser la blessure et à protéger la région affectée.

Causes de l'entorse lombaire

L’entorse lombaire est le plus souvent causée par un mauvais mouvement lors d’une levée de charge. Elle peut aussi découler d’une mauvaise posture prolongée (être penché longtemps, par exemple), d’une chute au sol ou d’un mouvement brusque.

Les mouvements de torsion et de flexion sont les plus susceptibles de causer l’entorse lombaire; c’est pourquoi le pelletage est l’une des activités les plus risquées. Toute augmentation de stress au niveau de la colonne lombaire (bas du dos) peut entraîner une entorse lombaire.

Votre mal de dos pourrait être d’une tout autre origine (hernie discale, bombement discal, fracture, etc.). Il est important de consulter un professionnel de la santé qualifié, comme un chiropraticien, afin de connaître la cause exacte de votre mal de dos et ainsi obtenir un plan de traitement adapté.

Certaines douleurs, semblables à celles de l’entorse lombaire, peuvent aussi être le symptôme d’un problème sous-jacent grave, qui nécessite des soins médicaux immédiats tel une infection du rein, des calculs rénaux (néphrolithiase ou pierre au rein), une tumeur ou une fracture.

C’est pourquoi, malgré la banalité apparente d’un mal de dos, il est important de consulter rapidement, surtout quand votre problème persiste ou s’il est accompagné d’autres symptômes comme la fièvre ou la fatigue extrême.
(Voir graphique Quand consulter en chiropratique pour votre entorse lombaire).

Soulagement de l’entorse lombaire

Le repos est recommandé, mais seulement pour les premières 24 à 48 heures. Par la suite, une activité physique légère aidera à soulager les raideurs et douleurs associées à l’entorse lombaire.

L’application de glace (cryothérapie) dans les deux premiers jours suivant l’entorse lombaire peut aider à soulager les symptômes. Par la suite, l’application de glace ou de chaleur (thermothérapie) est recommandée, selon vos préférences.

En cas d’entorse lombaire, évitez les positions ou mouvements qui aggravent la douleur. Ne portez pas de talons hauts, ne mettez pas votre portefeuille dans la poche arrière de votre pantalon.

Tout comme la plupart des problèmes de santé, l’entorse lombaire peut découler d’une accumulation de stress liée à de mauvaises habitudes de vie. L’adoption d’un mode de vie sain aide à prévenir les blessures et à maintenir un niveau optimal de santé. Cliquez ici pour découvrir notre petit guide des saines habitudes de vie.

Sommeil : Afin de mieux dormir lorsque vous souffrez d’une entorse lombaire, il est primordial de modifier certaines de vos habitudes de sommeil.

Ne dormez surtout pas sur le ventre. En plus de créer une pression importante au niveau lombaire, cette position engendre des tensions à la base du cou et dans le haut du dos.

Sur le dos, insérez un oreiller sous les genoux afin de surélever vos jambes. Sur le côté, déplacez cet oreiller entre vos genoux. Évitez de ramener les genoux sur la poitrine (position fœtale), cela crée un étirement des fessiers et des ischiojambiers (muscle derrière la cuisse) ainsi qu’un rétrécissement des psoas (muscle de la hanche) pouvant entraîner d’autres problèmes.

Activité physique : Des exercices d’étirement et des activités physiques légères (la marche, par exemple) aideront les personnes souffrant d’une entorse lombaire à réduire leurs douleurs et à augmenter la mobilité de leur colonne lombaire. Toutefois, ce ne sont pas tous les exercices qui sont bénéfiques et certains d’entre eux peuvent aggraver la douleur associée à l’entorse lombaire. Consultez un chiropraticien pour établir avec lui un plan d’action adapté à votre état. Pour en savoir plus sur l’intégration de l’activité physique dans votre mode de vie, cliquez ici.

Médication : La prise d’analgésiques et d’anti-inflammatoires peut être envisagée dans les cas d’entorse lombaire. Il est important de rester sur ses gardes : si la douleur est soulagée, le problème n’en est pas disparu pour autant. Vous pourriez aggraver votre entorse lombaire si vous faites certaines activités ou certains mouvements.

La douleur est un signal d’alarme que vous envoie votre corps pour protéger ses structures. Elle est une conséquence directe de l’inflammation, dont la tâche principale est de permettre à votre corps de se guérir par lui-même. Imaginez que vous avez une fracture au talon, mais que vous ne la sentez pas. Pensez-vous qu’elle guérira rapidement et correctement si vous marchez, courez et sautez quand même?

Des relaxants musculaires, pris sur une courte période de temps, peuvent aider à soulager les symptômes de l’entorse lombaire. Si vous devez prendre des médicaments pour fonctionner correctement au quotidien, il est grand temps de consulter votre chiropraticien.

Les médicaments, en vente libre ou non, ont des effets secondaires, notamment sur le système digestif, et doivent être consommés avec modération. En combinaison avec un plan de traitement (activité physique, exercices d’étirement et ajustements chiropratiques), ils peuvent aider à surmonter la période de douleur intense associée à l’entorse lombaire.

Prévention de l’entorse lombaire

Afin de prévenir d’éventuels épisodes d’entorse lombaire, il est important d’adopter des habitudes de vie saines, qui permettront au corps de mieux supporter le stress subi par la colonne lombaire. Voici quelques pistes : avoir une saine alimentation, cesser le tabagisme, maintenir un poids santé, faire de l’activité physique régulièrement, gérer son stress…

Voici quelques conseils en rafale pour prévenir l’entorse lombaire ou une récidive

Dans la vie de tous les jours et au travail, utiliser les outils appropriés et soulever les charges de la bonne façon contribueront à réduire le risque de souffrir d’une entorse lombaire.

La bonne méthode pour soulever une charge

 Pour réduire les symptômes d’entorse lombaire au travail, optimisez votre environnement afin qu’il soit ergonomique. Utilisez un repose-pied et une chaise avec dossier, idéalement avec un support lombaire. Pensez à aménager une station de travail assis-debout, surtout si vous passez de longues heures devant l’écran. Dégourdissez-vous régulièrement (au moins toutes les 30 minutes).

 Prenez l’habitude de vous tourner sur le côté pour vous relever du lit. Cette technique permet de réduire la tension sur la colonne lombaire. Elle est particulièrement importante pour les aînés.

 Adoptez une posture adéquate lorsque vous êtes au volant. Assurez-vous d’avoir la région lombaire bien appuyée sur le dossier du siège, les jambes et les coudes à angle droit. Prenez le temps d’ajuster le siège lorsque c’est nécessaire.

Des questions? Notre regroupement de docteurs en chiropratique veut vous aider à soulager vos douleurs, malaises et inconforts de manière 100 % naturelle.

Des questions? Notre regroupement de docteurs en chiropratique veut vous aider à soulager vos douleurs, malaises et inconforts de manière 100 % naturelle.

Traitement de l’entorse lombaire

Puisque l’expression « entorse lombaire » englobe plusieurs problèmes, une visite chez le chiropraticien vous permettra de déterminer avec exactitude la cause de vos douleurs.

La chiropratique est un choix judicieux dans les cas d’entorse lombaire. Le chiropraticien, grâce à sa formation universitaire (doctorat de premier cycle) totalisant près de 5000 heures, est en mesure de diagnostiquer et traiter les problèmes neuro-musculo-squelettiques, dont les entorses lombaires. S’il soupçonne que la cause de vos douleurs lombaires ne relève pas de son champ d’expertise, il pourra vous diriger vers la bonne personne.

D’autres professionnels et intervenants dans le domaine de la santé peuvent soulager ou traiter votre entorse lombaire : physiothérapeute, médecin, acupuncteur, ostéopathe, massothérapeute. Informez-vous des techniques utilisées et de la formation de la personne que vous choisirez, notamment dans le cas des ostéopathes et massothérapeutes, qui n’ont pas (pour le moment) d’ordre professionnel, dont la mission est la protection du public.

La douleur de l’entorse lombaire s’estompe la plupart du temps en trois à quatre semaines de façon naturelle. La douleur est le premier symptôme à disparaître dans le processus de guérison alors que les structures impliquées démontrent encore des anormalités.

La guérison incomplète d’une entorse lombaire peut laisser des séquelles silencieuses, comme la subluxation. À moyen et à long terme, ces séquelles entraînent des compensations musculaires et articulaires qui fragilisent la colonne vertébrale et l’ensemble du corps.

Afin de minimiser le risque de récidive et d’apparition d’une nouvelle dysfonction, il est fortement suggéré de consulter un chiropraticien, et ce, même si la douleur diminue ou disparaît complètement. Il pourra vous aider à atteindre un niveau de guérison optimal et à retrouver toute la solidité dont votre colonne vertébrale a besoin pour affronter les aléas de la vie quotidienne.

L’entorse lombaire peut, dans certains cas, devenir chronique et invalidante. En moins de deux semaines, des muscles pourraient s’atrophier (diminution de la force, du tonus et de la grosseur d’un muscle) parce qu’ils sont moins utilisés. Cette atrophie peut mener à d’autres problèmes plus graves.

Les maux de dos ne sont pas à prendre à la légère, ils peuvent être à l’origine de dépression, de troubles du sommeil et de difficultés motrices, des facteurs pouvant tous favoriser la chronicité de la douleur lombaire.

Une intervention chirurgicale pourrait s’avérer nécessaire advenant un échec des traitements plus conservateurs de la hernie. Plusieurs types d’interventions sont possibles, mais elles sont de moins en moins recommandées. Le chirurgien peut choisir de retirer le matériel discal partiellement ou en totalité (discectomie) dans le but d’éliminer la pression sur les racines nerveuses ou la moelle épinière.

Ce que la chiropratique peut faire pour votre entorse lombaire

Le chiropraticien évaluera votre état à l’aide d’une entrevue et de divers examens (physiques ou radiologiques). Il traitera donc la cause du problème, puisque l’entorse lombaire est une expression générique regroupant plusieurs troubles musculo-squelettiques (étirement musculaire, déchirure ligamentaire, irritation articulaire…).

Des manipulations articulaires, appelées ajustements vertébraux, des thérapies musculaires, des thérapies complémentaires (ultrason, laser, cryothérapie…), la prescription d’exercices et des recommandations spécifiques sur votre style de vie permettront au chiropraticien de soulager la douleur en s’attaquant directement à la source du problème. Des études ont démontré que les manipulations vertébrales sont efficaces pour soulager les maux de dos aigus et que les personnes ayant reçu des manipulations vertébrales étaient de retour plus rapidement au travail 1-2-6.

Voici quelques statistiques et faits intéressants :

 Les soins chiropratiques combinés à un suivi médical conventionnel sont plus efficaces qu’un suivi médical seul.1

 Les soins chiropratiques offrent une plus grande réduction de la douleur et de l’incapacité à court terme que les soins médicaux conventionnels.2

 Après un mois, les patients suivis par un chiropraticien pour leur douleur au bas du dos ont démontré une plus grande amélioration et un plus haut taux de satisfaction que les patients suivis par leur médecin de famille.3

 Les gens qui consultent un chiropraticien en premier diminuent leur risque de devoir subir une chirurgie.4

 Les soins chiropratiques sont plus efficaces à court et à long terme que l’acupuncture ou les médicaments de type AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien).5

Références
1 Goertz et coll. (2013), Spine
2 Schneider et coll. (2015), Spine
3 Nyiendo et coll. (2000), Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics
4 Keeney et coll. (2012), Spine
5 Muller et coll. (2005), Journal of Manipulative Physiological Therapeutics.
6 Orlin et coll. (2007), Journal of Manipulative Physiological Therapeutics.

Back To Top
close