skip to Main Content

Tendinite

Dans cet article, vous découvrirez ce qu’est une tendinite (ou tendinopathie) et quels en sont les symptômes et les causes. Vous apprendrez aussi comment soulager et prévenir les différentes tendinites (tendinopathies). Vous verrez finalement quels sont les traitements possibles et ce que la chiropratique peut faire pour vous aider avec votre tendinite.

Tendinite

Dans cet article, vous découvrirez ce qu’est une tendinite (ou tendinopathie) et quels en sont les symptômes et les causes. Vous apprendrez aussi comment soulager et prévenir les différentes tendinites (tendinopathies). Vous verrez finalement quels sont les traitements possibles et ce que la chiropratique peut faire pour vous aider avec votre tendinite.

Souffrir d'une tendinite

La tendinite ou tendinopathie est un vrai fléau de notre société. Elle peut toucher n’importe quel tendon du corps, mais certains sont plus vulnérables en raison de leur fonction et de leur emplacement. Vous pouvez donc souffrir d’une tendinite à l’épaule, au coude, au poignet, à un doigt, à la hanche, au genou, au talon et même à un orteil. Le tendon d’Achille (cheville), le tendon patellaire (rotulien) et le tendon supra-épineux (épaule) sont les plus couramment touchés par la tendinite.

Dépassé, le concept de tendinite?

Au cours des dernières décennies, la compréhension des pathologies du tendon a beaucoup évolué (1-2). On a longtemps pensé que les tendinites étaient causées par l’inflammation, d’où le terme « tendinite » dont le suffixe « ite » signifie inflammation. Par la suite, les recherches ont découvert une dégénérescence du tendon, sans inflammation. On appelait alors le problème « tendinose ». La théorie actuelle pour expliquer les tendinites ou tendinopathie est le « modèle continuum » (3).

Ce modèle suggère que la tendinopathie se situe dans un spectre allant de tendon normal à tendon pathologique. Les trois phases du modèle sont la tendinopathie réactive (phase 1), la dégradation du tendon (phase 2) et la tendinopathie dégénérative (phase 3).

Le terme tendinite, encore largement utilisé, ne serait toutefois plus approprié. Au cours des prochaines années, on devrait donc voir apparaître l’utilisation plus marquée du terme tendinopathie, qui signifie « lésion du tendon ». Le terme ténosynovite, qui fait référence à une inflammation d’un muscle et de sa gaine (une enveloppe facilitant le glissement du tendon dans certains espaces restreints), est encore d’actualité. Nous utiliserons les termes tendinites et ténosynovites d’emblée dans le présent article afin d’en faciliter la compréhension.

D’abord, voyons ce qu’est un tendon pour mieux comprendre le problème de tendinite. Le tendon est une bande de tissu fibreux qui relie anatomiquement le muscle à l’os et qui permet l’initiation et le contrôle du mouvement. Le tendon ne se contracte pas, contrairement au muscle.

D’autres structures adjacentes aux tendons peuvent être blessées, notamment la capsule articulaire, le fascia et la bourse (petit coussin qui réduit les frictions). On parle alors respectivement de capsulite, fasciite ou de bursite.

monchiro-tendinites-tendon-touches

Symptômes de la tendinite

Une tendinite se traduit par des douleurs localisées à l’insertion du tendon et autour de l’articulation. La douleur est généralement aggravée par l’étirement ou la mise en charge du muscle et est soulagée par le repos. La palpation de la région est douloureuse et une contracture musculaire (une crampe prolongée que l’on ressent au toucher) diminue parfois le mouvement.

Les symptômes de la tendinite surgissent brusquement à la suite d’un traumatisme ou encore de façon plus graduelle après une surutilisation soudaine ou des microtraumatismes répétés.

Tendinite de la coiffe des rotateurs ou du supra-épineux (épaule)

La douleur est localisée devant l’épaule (sur le devant et le haut de l’humérus, l’os du bras) ou sur le dessus de l’épaule (près de la base du cou). Les mouvements du bras, surtout l’élévation (sur le devant et le côté), aggravent la douleur de cette tendinite.

Les personnes qui souffrent de ce type de tendinite rapportent fréquemment une impression de craquement ou une sensation d’accrochage. Au début de la tendinite, la douleur apparaît à l’effort, puis survient en fin de journée pour finalement se manifester la nuit aussi.

Lorsque non traitée, la tendinite de la coiffe des rotateurs peut restreindre de façon importante le mouvement de l’épaule et devenir chronique.

Dans certains cas de tendinite, elle peut même « geler » l’épaule pour plusieurs mois; ce syndrome se nomme la capsulite adhésive ou « frozen shoulder ».

Parfois, une calcification des tendons (tendinite calcifiante) survient. La dégénérescence causée par la tendinite peut mener à une rupture tendineuse. Consultez rapidement un chiropraticien pour éviter toute aggravation de vos symptômes de tendinite.

Ténosynovite bicipitale

La douleur est localisée sur le devant du bras à environ 5 cm sous l’épaule. La flexion du coude aggrave la douleur.

Épicondylite externe du coude (aussi appelée « tennis elbow » ou tendinite du coude)

Ce problème se nomme épicondylite, car la lésion se prolonge sur l’épicondyle (petite bosse osseuse) du coude, endroit où s’insère le tendon. La douleur est localisée à l’extérieur du coude et peut se prolonger sur l’avant-bras et le poignet. Les mouvements d’extension du poignet et des doigts (redresser le poignet ou les doigts) aggravent la douleur. La rotation de l’avant-bras et la prise d’objet peuvent aussi accentuer les douleurs de ce type de tendinite, surtout lorsque le coude est déplié. Une mauvaise position au clavier et une prise inadéquate de la souris peuvent exacerber les symptômes de la tendinite.

Tendinite du poignet, de la main et des doigts

Parmi ces tendinites, on retrouve notamment la ténosynovite de Quervain, une inflammation de la gaine du tendon à la base du pouce, et la maladie de Dupuytren, une pathologie des tendons des fléchisseurs des doigts qui entraîne la création de nodules. En général, les douleurs de ces tendinites sont ressenties lors de certains mouvements de la main et des doigts, surtout lors de la prise d’objets lourds, mais aussi lors de travaux de précision comme le dessin et l’écriture.

Tendinite ilio-tibiale (aussi appelée syndrome de la bandelette ilio-tibiale ou tendinite du tenseur du fascia lata)

La bandelette ilio-tibiale est un très long tendon qui traverse deux articulations (la hanche et le genou) sur le côté de la cuisse, ce qui le rend plus vulnérable. La douleur de la tendinite ilio-tibiale est plus souvent ressentie sur la partie externe du genou, mais peut remonter le long de la jambe. La tendinite ilio-tibiale peut aussi impliquer la bourse ilio-tibiale. On parle alors de bursite ilio-tibiale. La douleur est aggravée par la course et parfois par la marche. La tendinite ilio-tibiale peut facilement être confondue avec les douleurs sciatiques.

Tendinite fémoro-patellaire (quadriceps, genou)

La douleur est située sous la rotule, sur le devant de la jambe. Elle peut aussi être ressentie devant la rotule et au-dessus de celle-ci. L’étirement (flexion du genou) et la palpation du tendon aggravent la douleur de la tendinite fémoro-patellaire. Se relever d’une chaise, monter les escaliers ou se tenir longtemps en position accroupie déclenchent souvent la douleur. La position assise (notamment lorsqu’on conduit une voiture) déclenche aussi les symptômes de cette tendinite.

Photo : wikimedia.org

Tendinite d’Achille (cheville)

Le tendon d’Achille relie le talon aux muscles de la jambe. La douleur de la tendinite d’Achille est située derrière la cheville, le long du tendon d’Achille. En général, les douleurs sont pires le matin et sont aggravées par la marche. Une boiterie peut accompagner la tendinite d’Achille. Ce type de tendinite peut être associé à la fasciite plantaire, une douleur sous le talon ou le pied. Lorsque non traitée, la tendinite d’Achille peut entraîner une épine de Lenoir ou la rupture du tendon. Une consultation hâtive chez votre chiropraticien pourrait vous éviter une aggravation des symptômes.

Des questions? Notre regroupement de docteurs en chiropratique veut vous aider à soulager vos douleurs, malaises et inconforts de manière 100 % naturelle.

Des questions? Notre regroupement de docteurs en chiropratique veut vous aider à soulager vos douleurs, malaises et inconforts de manière 100 % naturelle.

Mécanismes d’apparition de la tendinite

La plupart des tendinites sont causées par une surutilisation du tendon, des microtraumatismes répétés, un effort soutenu dans une position inadéquate, une mauvaise posture, la vibration, un mauvais entraînement physique ou un traumatisme important (plus rare).

La tendinite est fréquente chez les travailleurs et les sportifs. D’autres causes (métaboliques ou infectieuses) peuvent aussi faciliter le développement d’une tendinite.

Lorsque le tendon subit une charge trop importante et répétée, il produira davantage de cellules (prolifération cellulaire non inflammatoire) pour mieux répondre à la demande, il s’agit de la phase réactive (phase 1). À court terme, cette stratégie permet une réduction du stress sur le tendon. À ce stade de la tendinite, les changements sont réversibles si on diminue la charge sur le tendon et qu’on lui offre assez de repos.

La dégradation du tendon (phase 2) survient lorsque le tendon ne parvient pas à se réparer. Avec une surcharge chronique, le tendon continue de produire des cellules, ce qui provoque une accumulation de fluide et une séparation des fibres de collagène. Le tendon présente alors une structure désorganisée, qui provoque un affaiblissement. Certains changements sont encore réversibles à ce stade de la tendinite.

La phase de tendinopathie dégénérative (phase 3) est caractérisée par une mort cellulaire et une désorganisation plus marquée.

La douleur peut apparaître à n’importe quel stade de la tendinite et n’est pas nécessairement associée à des changements structurels.

Facteurs de risque et causes de la tendinite

Le vieillissement des tendons est un facteur de risque considérable des tendinites. La diminution de la vascularisation du tendon et de sa capacité à se réparer entraîne un affaiblissement de celui-ci, ce qui le rend plus vulnérable aux microtraumatismes et à la surutilisation. Lorsqu’elles ne sont pas traitées, les tendinites provoquent des dommages encore plus importants aux structures pouvant mener à une rupture tendineuse. C’est pourquoi une prise en charge rapide par un professionnel de la santé qualifié permet de limiter les conséquences négatives des différentes tendinites.

La subluxation vertébrale, la dysfonction mécanique et neurologique de l’articulation vertébrale, peut augmenter la vulnérabilité d’une articulation périphérique (comme l’épaule ou le genou). Lorsqu’une articulation vertébrale est subluxée, la fonction neurologique est perturbée, ce qui peut entraîner une déficience du contrôle musculaire et contribuer à la vulnérabilité du tendon et augmenter les risque de tendinite. (Plus de détails dans la section Ce que la chiropratique peut faire pour votre tendinite, plus bas.)

Les mouvements répétés d’élévation des bras sont une des causes principales des tendinites de l’épaule. Les électriciens, les caissières, les coiffeuses et les peintres sont particulièrement touchés. Chez les sportifs, les nageurs et les lanceurs sont les plus à risque de développer un problème de tendinite dans cette région.

Les mouvements de rotation de l’avant-bras et de préhension de la main, faits de façon répétée ou abusive, sont à l’origine d’une partie des épicondylites. On retrouve l’épicondylite (ou tendinite du coude) chez certains travailleurs dont les tâches répétées impliquent un mouvement précis de la main et de l’avant-bras, souvent accompagnés d’une force importante. On l’appelle aussi le « tennis elbow » parce que ce problème touche plus de 40 % des joueurs de tennis.

Les tendinites et ténosynovites de la main et des doigts affectent habituellement les travailleurs dont le métier demande de la minutie ou exige d’importants mouvements de la main et des doigts. Les écrivains, les peintres, les sculpteurs, les graveurs, les esthéticiennes et les pianistes sont parmi les plus touchés. L’utilisation de la souris et du clavier est aussi un facteur de risque important.

La ténosynovite de Quervain (pouce) touche souvent les jeunes mamans en raison des nouveaux mouvements répétés de prise du bébé (et du siège d’auto portatif) et des débalancements hormonaux. Une inflammation importante de la gaine des fléchisseurs des doigts peut dégénérer en syndrome du tunnel carpien (ou canal carpien), qui se traduit par des engourdissements d’une partie de la main.

La tendinite ilio-tibial est bien connu des adeptes de course à pied et des cyclistes. Les marathoniens comme les coureurs du dimanche peuvent en être affectés. L’inflammation de la bandelette ilio-tibiale est généralement causée par un volume d’entraînement trop élevé, par des courses en descente ou encore par un mauvais ajustement du vélo. Elle est la cause la plus fréquente d’une douleur externe au genou chez les triathlètes.

La tendinite d’Achille peut être récente et causée par un volume d’entraînement trop important (effort physique intense en course à pied, par exemple), ou chronique et causée le plus souvent par un surplus de poids.

La fasciite plantaire est l’inflammation du fascia plantaire, un tissu fibreux qui forme la voûte plantaire (ou la fameuse arche du pied). Elle est souvent liée à un problème au tendon d’Achille puisque c’est ce dernier qui « tend » le fascia pour former la voûte plantaire. Les symptômes apparaissent de la même façon que ceux des tendinites d’Achille, mais se répercutent sous le talon et le pied. Le port de talons hauts et de sandales de plage (sans support ni attache arrière) est une des causes importantes de fasciites plantaires.

Soulagement de la tendinite

Lors d’une tendinite, le repos spécifique est recommandé; c’est-à-dire qu’il faut éviter le mouvement (généralement le mouvement répété) à l’origine de la lésion du tendon, sans toutefois immobiliser complètement l’articulation. Par exemple, dans les cas de tendinite de la coiffe des rotateurs, on suggérera de cesser l’utilisation des bras en élévation. Tout mouvement qui aggrave la douleur devrait être évité pendant quelques jours pour permettre au processus de guérison du corps de s’enclencher.

Certaines modifications pourraient être apportées à votre poste de travail pour permettre une réduction de la charge sur le tendon. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’ergonomie au travail et l’hygiène posturale.

L’application de glace (cryothérapie) est recommandée dans les deux ou trois premiers jours après l’apparition des symptômes pour réduire la douleur. Après cette période, on peut choisir d’appliquer de la glace ou de la chaleur (thermothérapie), selon les préférences. Aucune étude ne prouve que la cryothérapie ou la thermothérapie accélèrent la guérison. Toutefois, elle semblent efficaces pour améliorer le confort.

Les anti-inflammatoires peuvent s’avérer utiles dans certains cas de tendinites, mais ne favorisent pas vraiment la guérison en soi (remodelage des fibres du tendon).2-3-7

Les analgésiques peuvent temporairement être utilisés, mais ne doivent pas devenir une béquille permanente dans les cas de tendinites. Leur usage peut faciliter la guérison de la tendinite lorsqu’ils complémentent un traitement parallèle, comme le traitement chiropratique. La consommation abusive de ce type de médicaments comporte des risques, notamment des risques d’aggravation du problème ainsi que des troubles digestifs. Cliquez ici pour en savoir plus sur les effets secondaires et les risques des médicaments antidouleur.

Prévention de la tendinite

Certaines mesures peuvent être prises afin de réduire les risques d’apparition des tendinites.

L’ergonomie au travail est l’une d’entre elles.

Adopter de saines habitudes de vie, comme l’exercice physique, une alimentation équilibrée, une bonne hygiène de sommeil et de bonnes habitudes posturales, contribue à l’optimisation de la santé et de l’homéostasie (équilibre) de votre corps ainsi qu’à la facilitation du processus de guérison de la tendinite.

Une bonne posture de sommeil est primordiale dans certains cas de tendinites, dont celles de l’épaule. L’utilisation d’un oreiller de corps, sur lequel on peut reposer le bras dans la position couchée sur le côté, aide grandement à la guérison des tendinites de l’épaule, le tendon se retrouvant en position neutre, donc au repos.

Dans les cas de fasciite plantaire et de tendinite d’Achille, évitez les couvertures trop serrées au pied du lit, qui obligent le pied à demeurer en flexion et qui l’empêchent de bouger librement.

Traitement de la tendinite

Il existe plusieurs modalités de traitement pour les tendinites : la thérapie manuelle (les manipulations articulaires et les mobilisations), les exercices d’étirement, les exercices de renforcement (mise en tension), le « taping » musculaire, la cryothérapie, le laser, le massage, les injections de corticostéroïdes, les ultrasons, les ondes de choc et la chirurgie notamment.

La thérapie manuelle : Différentes techniques peuvent être utilisées pour redonner du mouvement à une articulation, diminuer la douleur, réaligner une articulation et optimiser la fonction de celle-ci lors d’une tendinite. Un chiropraticien utilisera l’ajustement articulaire et les mobilisations afin d’atteindre ces différents objectifs. Le chiropraticien est aussi habileté à détecter et traiter les subluxations vertébrales, pouvant aggraver ou être à l’origine d’une tendinite, grâce aux ajustements vertébraux.

Les exercices d’étirement et de renforcement : Un programme d’exercices prescrit par un professionnel de la santé qualifié et correspondant à vos besoins spécifiques favorisera le rétablissement lors des tendinites. Une mise en tension inadéquate (charge trop faible ou trop forte) peut aggraver la dégénérescence des fibres de collagène du tendon et mener à sa rupture.

Le « taping » musculaire, la cryothérapie, le laser, les ondes de choc (« shock wave ») et les ultrasons sont des thérapies complémentaires offertes chez certains professionnels de la santé dans le cas de tendinite.Informez-vous des techniques utilisées lorsque vous contactez un professionnel de la santé, mais surtout de la formation de celui-ci. Certains intervenants de la santé, comme le massothérapeute et l’ostéopathe, ne sont rattachés (pour le moment) à aucun ordre professionnel, dont la mission est de protéger le public.

D’autres techniques médicales, comme les injections de corticostéroïdes, les décalcifications sous arthroscopie et les interventions chirurgicales, sont proposées lorsque les traitements plus conservateurs ont échoué.

Le temps de guérison d’une tendinite varie énormément d’un cas à l’autre. Plus le tendon a subi des changements structurels (dégénérescence), plus le temps de guérison sera long. Les personnes souffrant d’une tendinite plus récente peuvent espérer une guérison en 4 à 12 semaines, alors que celles aux prises avec une tendinite chronique peuvent attendre jusqu’à un an avant l’atteinte d’une guérison complète.

Pour trouver un chiropraticien près de chez vous

Ce que la chiropratique peut faire pour votre tendinite

Le chiropraticien est un professionnel de la santé qualifié pour traiter les problèmes neuro-musculo-squelettiques, dont la tendinite. Sa formation universitaire (doctorat de premier cycle) totalisant près de 5000 heures lui offre toutes les connaissances dans le domaine de la santé dont il a besoin pour diagnostiquer, traiter et diriger vers un autre intervenant au besoin.

Le docteur en chiropratique est aussi apte à prendre et analyser des radiographies, un outil fort utile pour déceler des fractures osseuses ou des calcifications tendineuses.

Le chiropraticien utilisera diverses méthodes pour traiter la tendinite : manipulation articulaire, mobilisation articulaire, thérapie musculaire, prescription d’exercices, recommandations pour la maison…

Le traitement chiropratique se distingue particulièrement par l’ajustement vertébral. L’ajustement vertébral chiropratique corrige les subluxations (dysfonction mécanique et neurologique d’une l’articulation vertébrale).

« Mais qu’est-ce mon dos et mes vertèbres ont à voir avec ma tendinite du poignet??? »

C’est une excellente question! Il faut d’abord comprendre que l’ensemble du corps humain est relié au cerveau par la moelle épinière : il s’agit du système nerveux. Telle une autoroute électrique, la moelle épinière relaie les informations entre le cerveau et le reste du corps (organes, muscles, tendons…); on nomme ce phénomène l’influx nerveux.

Pour bien fonctionner, les structures du corps ont besoin de toute l’information possible provenant du cerveau. C’est lui qui coordonne les fonctions vitales (comme la digestion), mais aussi les fonctions motrices et les processus de guérison. Lorsqu’une subluxation affecte un segment de votre colonne vertébrale, l’influx nerveux est perturbé et le relais entre le cerveau et le corps ne se fait plus de façon optimale. Une articulation recevant de informations erronées peut développer un problème mécanique menant à la tendinite.

 

Sachant que la moelle épinière se trouve à l’intérieur de la colonne vertébrale, on comprend qu’un dérangement mécanique (subluxation vertébrale), aussi mineur soit-il, peut perturber le système nerveux et avoir des répercussions sur des fonctions comme la guérison. C’est le fondement même de la chiropratique : le corps humain a la capacité de se guérir, il suffit de lui donner la chance de le faire en libérant le système nerveux de ces entraves mécaniques que sont les subluxations.

Le chiropraticien aidera donc votre corps à guérir la tendinite de deux façons : d’abord en s’assurant que les fonctions du tendon et de l’articulation touchés sont optimales, puis en permettant à votre cerveau d’envoyer toutes les informations nécessaires pour la guérison grâce à l’ajustement chiropratique.

Les tendinites ne sont pas des pathologies graves ni urgentes, mais elles peuvent se compliquer et devenir invalidantes. D’autres problèmes peuvent aussi en découler; la déchirure du tendon, par exemple. C’est pourquoi il est fortement suggéré de consulter rapidement lorsque les symptômes d’une tendinite apparaissent. Une prise en charge hâtive augmente les chances de guérison rapide et diminue les risques d’aggravation de la tendinite. N’attendez pas, consultez dès aujourd’hui votre chiropraticien pour retrouver toute la liberté d’une vie sans douleur.

Références
1. Khan et coll., “Time to abandon the « tendinitis » myth. Painful, overuse tendon conditions have a non-inflammatory pathology”, BMJ, mars 2002
2. Rees et coll., “Tendons – time to revisit inflammation”, British Journal of Sports Medecine, nov. 2014
3. Cook et Purdah, “Is Tendon Pathology a Continuum? A pathology model to explain the clinical presentation of load-induced tendinopathy”, British Journal of Sports Medecine, 2009
4. Braccio, “Tendinopathy: Clinical Update”, American Chiropractic Association, janv. 2016
5. Clinical Practice Guidelines for the management of Rotator Cuff Syndrome in the Workplace, 2013
6. Physiotherapy interventions for shoulder, Cochrane Library, 2005
7. Cook et Purdah, « The Challenge of Managing Tendinopathy in Competing Athletes », British Journal of Sports Medecine, 2014.

Back To Top
close